Communistes libertaires de Seine-Saint-Denis

Accueil > Auteurs > Frantz Biberkopf

Frantz Biberkopf

Envoyer un message


Envoyer un message

Articles de cet auteur

  • Le salariat, c’est la classe révolutionnaire en train de se construire

    29 septembre 2013, par Frantz Biberkopf
  • Devant la loi : un texte de Franz Kafka

    23 septembre 2013, par Frantz Biberkopf
  • La mairie de Noisy-Le-Sec prise au mot par la CGT sur la lutte contre la précarité

    3 septembre 2009, par Frantz Biberkopf

    Lors de la victoire aux élections municipales en 2008 de la liste PS dans la commune de Noisy-Le-Sec, celle-ci avait pris des engagements supposés fermes afin de lutter contre la précarité sévissant au sein de la collectivité territoriale. On sait que les poches de précarité sont plus nombreuses dans le public que dans le privé. Et ces poches sont encore plus présentes dans les collectivités territoriales qui peuvent, depuis ces trois dernières années, (...)

  • Canal Toys : la victoire pointe son nez

    3 septembre 2009, par Frantz Biberkopf

    Après quasiment six mois de lutte, dont deux semaines de piquet devant l’usine de réception de jouets Canal Toys, et plusieurs autres à diffuser des tracts dans les marchés du Blanc-Mesnil et devant la préfecture du 93, les choses commencent à prendre une tournure enfin favorable pour nos camarades sans papier.
    Dans le 93, les cinq salariés (trois qui n’ont pas cessé de travailler dans l’usine à jouets, et deux autres récemment réembauchés) qui (...)

  • Des nouvelles du front cinématographique (10) : Le Temps qu’il reste d’Elia Suleiman

    2 septembre 2009, par Frantz Biberkopf

    Trois films récemment sortis, Le Temps qu’il reste du palestinien Elia Suleiman, Inglourious Basterds de l’étasunien Quentin Tarantino, et Un prophète du français Jacques Audiard, auront à juste titre marqué le dernier Festival de Cannes. Les films de Quentin Tarantino et de Jacques Audiard sont de puissantes propositions de cinéma, qui ont reçu les honneurs de Cannes (Prix d’interprétation pour Inglourious Basterds et Grand Prix pour Un prophète), et reçoivent en ce moment même un excellent accueil autant de la part de la critique que de celle du public. Il est pourtant regrettable que leur succès fasse de l’ombre au film d’Elia Suleiman qui leur est esthétiquement supérieur, qui est politiquement plus ambitieux, et qui a pour désir d’interroger les régimes de perception et de représentation avec lesquels les spectateurs nouent relation avec les questions de l’imaginaire, de l’histoire et de la réalité relatives au conflit israélo-palestinien. C’est pourquoi nous allons nous attarder ici sur Le Temps qu’il reste qui revisite avec une intensité comique rare la généalogie de la tragédie palestinienne.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45

Mots-clés

Lieux

Recevoir l'infolettre

Site réalisé avec SPIP | Plan du site | Contact | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0